Contres

une petite ville encore à mon actif...quoique je fus surpris par la vie qui régne à Contres. c'est une ville en plein mouvement, avec de l'industries , des grandes surfaces... enfin une ville qui bouge. 

 

 

une belle

place

ombragée.

 

 

 

 

 

 

 

des

arbres

bien

taillés.

y-a pas

que

les

arbres

d'ailleurs.

 

 

 

drôle

de

binette !!

une

maison

à

colombage

derrière.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

un

ramasseur

d'asperges.

 

 

 

 

il est

vrai que

Contres

est le

pays

de

l'asperge.

 

 

et des

fraises...

mais où

est

le

fraisier ??

 

 

pas mal

le clocheton.

 

 

c'est...

ben c'est

écrit.

non mais

j'vais pas

tout

faire.

 

 

 

 

 

tiens

un noeud.

 

 

 

 

 

"pont entre les peuples"  en bois de cédre réalisé en 2003 par Maubert.

 

on se

croirait

dans

le

sud.

ce doit

être

l'effet

palmiers.

 

un

chouette

balcon.

 

 

 

 

un p'tit

bistrot..

bien

vide

je

le

concéde.

 

c'est

l'heure

de la

sieste,

bonne

mère.

 

 

L'église Saint Cyr et Sainte Julitte: construite par l'architecte La Morandière, avec une abside à 3 pans, 2 bas-côtés, des absidioles, une voûte d'ogives et un choeur du XVIième siécle.

 

c'est

marrant.

les côtés

me font

penser

à la place

d'Arras.

le haut

des

maisons.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

latinistes

distingués,

à vos

plumes

pour une

traduction.

 

 

 

 

 

celui qui a pris la statue est prié de la remettre à sa place..non mais alors. la révolution, peut-être, qui a fait des ravages dans ce domaine. il n'y avait pas que la guillotine à cette époque. il y avait aussi le marteau et la burin.

 

 

sobriété

de ce

côté.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

entrons.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

le

serpent

mange

la pomme.

j'voyais

pas ça

comme

ça.

 

 

 

 

 

 

chouette

chemin

de croix.

 

sculpture

fine,

peinture

dans

les

teintes

pastels...

non

vraiment

joli.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

il est

dommage

que la

modernité

soit passée

si prés

de ces

sculptures.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

j'attends

des

traductions.

 

 

 

 

 

 

 

sinon,

rien

avant

cet hiver.

 

 

 

 

 

tiens

certains

vont y voir

l'oeil

des

illuminatis...

y ferait

bien

d'allumer

la lumière.

 

 

 

 

 

 

c'est

sombre

quand

même.

 

 

 

 

 

la

scéne

sous

verre..

pfff

les

reflets.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

chic

un

mystère

de plus.

 

quelqu'un

a une

réponse.

 

 

 

 

 

quel

rapport

entre

la

sculpture

et le

texte...

Saint Marc

et le

Lion!!!

aurait-il

fini

dans une

aréne,

mangé par

un

Lion  ??

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 bizarre,

la justice

ici !!!

 

 

 

 

 

 

 

beau

cofessional

en bois.

un bel

ensemble.

 

 

 

 

 

 

 

descente

de croix

finement

sculptée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

un p'tit

tour

pour finir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ben voilà...c'est fini. quelques renseignements sur l'architecte maintenant:

 

n. Blois, 12 mai 1813, d. 1883.
        D'abord avocat, il entra à l'école des Beaux-Arts en 1843 et fut l'élève de Duban. Architecte du département du Loir-et-Cher à partir du 4 octobre 1845 ; architecte de la ville de Blois à partir de la même année.
        Attaché à la commission des monuments historiques, inspecteur de Duban sur le chantier de restauration du château de Blois à partir de 1846. Il a construit et rénové un grand nombre d'églises, notamment l'église de Lamotte-Beuvron et celles de Trilly, Candé, Bouré et de la Chapelle-Enchérie ; il a édifié la halle aux grains de Blois (concours de 1846, construction en 1849) et le dépôt d'étalons dans la même ville (1854) en tant qu'architecte du ministère de l'agriculture et du commerce ; il y a construit également les bâtiments neufs de l'Hôtel-Dieu. Il a restauré le château de Chaumont-sur-Loire.
        En 1856, il reçoit la médaille de première classe pour dévouement dans les inondations de 1856 ; en 1863, la légion d'honneur. Il a été secrétaire du comité local pour l'exposition universelle de Paris (1855) et membre de la société des sciences et lettres de Blois et de la société archéologique de l'Orléannais.
        Architecte diocésain de Blois à partir de 1846, il a construit la chapelle du grand séminaire. Après 1848, La Morandière est maintenu en tant qu'architecte diocésain. Duban avait fait valoir (F19 4545, lettre au directeur général des cultes du 17 mars 1849) que ne pas le faire serait "cette fois un juste sujet de plainte à ajouter à tous les griefs mal fondés qu'a fait naître l'organisation que l'on doit à votre justice et à votre zèle éclairé". En 1853, Reynaud écrit à son sujet (compte-rendu du personnel) :
        "M. de La Morandière est un fort bon architecte ; c'est un homme instruit, d'un esprit droit, d'excellentes manières et qui occupe dans la ville de Blois une position très convenable. Ses travaux du grand séminaire m'ont paru bien exécutés et bien conçus sauf quelques détails d'importance tout à fait secondaire. Je regarde M. de La Morandière comme l'un de nos meilleurs architectes résidents".
        En juillet 1859, Hamille est plus réservé, l'estimant "assez bon architecte, exact, soumis, considéré" mais n'ayant exécuté aucun travail important. Il change de point de vue en août 1862 :
        "M. de La Morandière est sans contredit, l'un des meilleurs agents de l'administration des cultes dans les départements. Non seulement il est régulier dans les écritures, économe dans ses travaux mais il a un talent artistique suffisant. Il a construit un assez grand nombre d'églises et de presbytères et jamais les communes n'ont élevé la moindre réclamation sur la direction des travaux. M. de La Morandière appartient à une famille très honorable et il a, à Paris, des relations élevées. Je sais que M. Drouyn de Lhuys a pour lui estime et affection. Je pense donc, sans me prononcer sur la question d'opportunité et de priorité que M. de La Morandière est digne de la distinction sollicitée pour lui (la légion d'honneur) par M. le préfet du Loir-et-Cher".
        La Morandière fut décoré de la légion d'honneur le 14 août 1863.
        La même année, une polémique l'opposa à Didron : il avait fait paraître une brochure intitulée : "L'archéologie a fait son temps". Le rédacteur des Annales archéologiques écrivit alors (t. XXIII, 1863, p. 171) : "Pour ne pas être désagréable à M. de La Morandière, je voudrais chanter comme lui la mort de l'archéologie chrétienne : par malheur... en cette année 1863, elle est plus active qu'à ses débuts et plus vivante encore qu'en 1840".
        A l'exception de sa correspondance, les archives de La Morandière ont disparu lors de l'invasion allemande de 1870.

 

de: Répertoire des architectes diocésains du XIXe siècle Jean-Michel Leniaud

 

  D'autres photos de la période hivernale...

              dsc01842-1.jpg                    dsc01845-1.jpg

  les crèches de Contres.

             dsc01846-2.jpg dsc01850-1.jpg dsc01860-2.jpg dsc01861-1.jpg

                                   dsc01862-1.jpg

              dsc01863-1.jpg dsc01864-1.jpg dsc01865-1.jpg dsc01866-1.jpg

                    dsc01867-1.jpg dsc01869-1.jpg dsc01870.jpg dsc01877-1.jpg dsc01876-1.jpg

                  Le pauvre, y c'est fait enguirlander...

              dsc01871-1.jpg          dsc01872-1.jpg

                 dsc01873-1.jpg      dsc01874-1.jpg

             dsc01881.jpg dsc01882-1.jpg dsc01883-1.jpg dsc01891.jpg dsc01892-1.jpg

                      dsc01893-1.jpg

            dsc01884-1.jpg

               dsc01886-1.jpg

                     dsc01885-1.jpg      dsc01890-1.jpg


 
le site du Lion: Contres

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sous-pages :

Vous devez être connecté pour poster un commentaire