Sarzay

chouette château que voici.

 

c'est

vraiment

le vieux

château

fort

auquel

on a

rajouté

un toit.

 

 

 

 

 

 

 

 

on

arrive

devant

l'entrée.

 

 

 

 

un blason

peut-être ?

à l'interieur

pas

grand

chose

à voir.

seul

la charpente

vaut

le coup

d'oeil.

 

 

 

 

 

 

elle

serait

faite,

comme

pour

les

vikings,

d'un bateau

retourné.

 

 

la

ferme

est

attenante.

 

le château

est

"l'abri anti

atomique"

de l'époque.

 

 

 

 

 

 

 

cela me

rappelle

un dicton:

"une page

d'histoire

dans un

écrin

de verdure".

 

Montreuil/mer.

 

 

 

 

 

la campagne environnante:

 

 

 

on

pouvait

les voir

venir

de loin.

 

 

 

le tour de l'église pour terminer

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

et voilà...ouf.

Histoire: Forteresse du XVème siècle, défendue par quatre tours d'une grande hauteur, avec meurtrières et machicoulis. Autrefois les murs d'enceinte étaient garnis de trente huit tours.

Duel, quelques documents.

sgr-de-sarzay-et-veniers.pdf sgr-de-sarzay-et-veniers.pdf

duel-sarzay-vernier.pdf duel-sarzay-vernier.pdf

Extrait de "Conférences sur les anciennes abbayes et les vieux châteaux du Bas-Berry." Par Victor-Alban Fauconneau-Dufresne. Edition 1876.

 En 1368, Guillaume de Barbançois, sire de Sarzay, qui rassemble 40 lances, sous pretexte de s'opposer aux anglais, lesquels occupaient, non loin de son château, ceux de Briantes, du Chassin et du Lys-Saint-Georges; mais il s'empare de la Châtre et ses hommes y commettent les plus indignes excés. Pendant de longues années, il fut poursuivi par Guy de Chauvigny, deuxième du nom, qui était seigneur de la Châtre, en même temps que de Châteauroux, et il ne put obtenir qu'en 1385 des lettres d'abolition (ou de grâce) du roi Charles VII.

 Si l'on ne sait qui a bâti le château fort de Sarzay. Il est certain que la famille de Barbançois y avait transféré sa résidence dés le milieu du XIVème siècle; elle en devait vraisemblablement la possession à une alliance aujourd'hui ignorée. Cette famille tire son nom d'un fief situé dans le voisinage de la petite ville de Chastelus, en Marche; c'est à présent un village du nom de Barbançais. La famille de Barbançois est l'une des plus considérable de la province du Berry, non seulement par son antiquité, mais aussi ^par ses services militaires, ainsi que par les charges dont elle a été revêtue, ses alliances et ses possessions. La branche aînée a pris sa résidence principale, il y a environ deux siècles, au château de Villegongis, près Levroux, et Sarzay, qui restait aux cadets, a été vendu, avant la révolution de 1789, au fermier général de Laporte. M. de Laporte avait un fils qui reçut en partage la terre et le château de Meslay, près Vendôme, et M. de Sallabéry, gendre de M. de Laporte, eut Sarzay, vendue plus tard par les deux fils de M. de Sallabéry et M. Delavau. Son gendre, à M. de Fougerés, beau-père de M. de Nicolaï, possesseur actuel. 

 Extrait de" La France illustré"...Par Victor Adolphe Malte-Brun. Edition 1881-1884

 En 1562, les huguenots mirent le siège devant Issoudun, les habitants resistèrent et, grâce au secours que leur apporta le sieur de Sarzay, de la famille de cet autre héroïque libérateur de la Châtre, le siège fut levé. En mémoire de ce service signalé, les habitants donnèrent le nom de Sarzay à une tour de l'enceinte que le canon de l'ennemi avait ruinée, et qu'on rebâtit après cet événement.

Extrait de "Annales de la société historique et archéologique du Gâtinais." Edition 1895.

  Le 19 juillet 1637: Certificat du sieur de Sarzay, maréchal des logis de la compagnie des gendarmes du Roi, attestant les événements qui sont survenus lors du passage de ladite compagnie dans le village de Bougainville en Picardie, le 20 novembre précédent, et les blessures reçues par le sieur de Courteville en cette occasion.

Extrait de "Revue du Centre." 

15 mars 1887: Le château de Sarzay, d'une hauteur prodigieuse, flanqué de quatre tours à canardières, meurtrières et machicoulis, à chemins couverts, était une de ces forteresses des plus conséquentes de l'ancien temps. Un étang, actuellement en prairie, baignait au levant les murs garnis de meurtrières d'une première enceinte fortifiée par des tours à canardières à tous les angles saillants  et remplissait d'eau les fossés du reste de son contour. Un pont-levis, protégé par deux de ces tours en défendait l'entrée, un petit fort, à l'entablement duquel sont deux tours en guérites s'opposait à celle de la seconde enceinte également fortifiée par des tours canardières. De toutes ces fortifications en parties détruites, il n'existe en leur entier que quelques tours, et le château fort en quelque sorte inhabité, auquel il n'a été fait aucun changement, et qui offre les mêmes moyens de résistance, qu'il pouvait avoir lors de sa construction. La loi, qui atteint plus particulièrement ces sortes de forterresses, susceptibles d'ailleurs d'être mises promptement en état de défense semble devoir nécessiter la destruction totole de tout ce qui peut y avoir trait; néanmoins comme le principal corps logis, peut être d'une très grande utilité pour conserver les différentes productions des terres qui dépendnet de cette propriété, il suffira, je crois, pour la tranquillité publique, de se borner à abattre les parties supérieures des quatres tours qui accopagnent ce bâtiment; démolir celle des deux enceintes, dont on détruira  les canardières; les décombres serviront à combler le fossé cen face de l'entrée à pont-levis; quant aux tours placées aux extrémités du bâtiment des granges, écuries et bergeries de la basse-cour, elles pourront être conservées sans inconvénient.

 Personnages: Barbançois, Marche, Berry: De sable à trois têtes de léopard d'or. Cette maison qui obtint le teitre marquis en mars 1767, et dont le nom vient d'une terre, posséda dès le XIVème siècle la seigneurie de Sarzay, en Berry. Distinguée par les honneurs de la cours, ses alliances et ses services militaires, elle se divise aujourd'hui en deux branches: l'une des marquis, dont le chef a été élu représentant de l'Indre en 1849; La seconde par un capitaine des carabiniers et par deux autres membres résidant dans le département de l'Indre et dans la ville de Tours.

Un peu plus sur cette famille: barbancois.pdf barbancois.pdf

                      Jehan du Pin, ecuyer, seigneur du Breuil-Cartais et de Courgé, épousa, par contrat du 9 décembre 1482, à Champagne-St-Hilaire, en Poitou, demoiselle Catherine de Saint-Martin, de Bagnac et de Sarzay; fille de Jean, des seigneurs de Bagnac et de Sarzay dont était Pierre de Saint-Martin, sénéchal de la Basse-Marche et l'un des 100 gentilshommes de la maison du roi en 1541. En 1503, à la mort de son père, Jehan devint seigneur de la Guérivière.

                      Antoinette de Miolans, femme de Pierre d'Aumont, baron de Châteauroux....De leur mariage sortirent un fils et une fille, qui, après leur mort, furent mis sous la tutelle du seigneur de Sarzay, leur oncle paternel...

                      Jacqueline de Neuchèze-Villegongis, mariée, par contrat du 4 juillet 1645, à Léon de Barbançois, chevalier, marquis de Sarzay, mestre de camp du régiment de Conti, cavalerie.

                      Nicolas Bonnet, seigneur de Sarzay, grenetier au grenier à sel de St Amand,pour Marie Bourdaloue, sa femme, heritière de Jean Bourdaloue, lieuten. gén.au baill. de Mehun, Métairie de Preaux... 

                     Louis Pierre Bonnet de Sarzay.

 

un site: Sarzay 

Vous devez être connecté pour poster un commentaire