Histoire

 Palluau (Paluyau) : viendrait de Paludellum qui signifie "petit marais".  Attention, un autre Palluau entre Nantes et les Sables-d'Olonne

Extrait de " Origine et formation des noms de lieu." Par Hippolyte Cocheris. Edition 1874.

  En flamand, on donne au marais le nom de Brouch, c'est le Bruch allemand....Ce que les germains appelaient Bruch, les Romains l'appelaient Palus. Ce mot a laissé aussi des traces dans: ....Palluau (Indre) .

Sainte Menehould de Palluau fondée avant 1238 pour un prieur et quatre chanoines.

On trouve à Palluau, dans l'église autrefois collégiale, aujourd'hui paroissiale, Marie honorée sous le nom de sur-sainte, c'est à dire plus sainte que tous les saints ensemble (Notre-Dame de France, ou...Par André Jean Marie Hamon édition 1861-1866)

Extrait de " Conférence sur les anciennes abbayes et les vieux châteaux du Bas-Berry." Par Victor-Albans Fauconneau Dufresne. Edition 1876.

  Lorsqu'on est parvenu péniblement à la ville de Palluau, dit M. de la Tramblais, dans ses esquisses pittoresques, et que, arrivé au pied du château, on en considère la façade extérieure, on ne se douterait pas que le goût a pu pénétrer dans ce manoir de si triste apparence. Cependant, si vous montez l'escalier qui jusqu'à la cour intérieure, vous serez frappé de la délicatesse des ornements que l'on a prodigués sur l'ogive de cette porte gracieuse qui donne entrée à la petite tour hexagone appliquée au bâtiment principal. Les guirlandes, chargées de raisins et travaillées à jour avec art, ont été mutilées parce qu'on a cru y voir des emblêmes féodaux. Cette jolie porte fait le  principal ornement architectural du château. Il faut voir encore la chapelle dont les voûtes et les murs sont couverts de charmantes peintures représentant l'histoire dela vierge. La partie la plus ancienne du château est une vieille tour ronde, sur la plate-forme de laquelle Philippe-Auguste planta la bannière de la France, lorsque, en 1188, il eut emporté d'assaut Palluau sur les anglais qui l'occupaient. De cette plate-forme, on jouit d'une vue magnifique. Vers la gauche, les montagnes de Saint-Vaulry, distantes de 28 lieues, apparaissent comme des nuages lointains, et vis-à-vis, à l'horizon, le château du Bouchet, dont les seigneurs correspondaient, dit-on, avec ceux de Palluau, au moyen de torches allumées. Les seigneurs de Palluau, maîtres de Montrésor et de plusieurs autres places, prirent souvent part aux guerres dont notre pays fut le théâtre. Plusieurs se distinguèrent aux croisades. A la fin du XVème siècle, Palluau fut possédé par les Tranchelyon. Un des memebres de cette famille, dont Rabelais a dit que c'était un bon buveur, fut abbé de Saint-Genou. En 1655, Henri Buade, comte de Frontenac, fut propriétaire de la terre de Palluau: c'est à lui que l'on doit les curieuses boiseries qui ornent le choeur de l'église. Son chiffre (IIF) s'y trouve plusieurs fois répété. Il avait pour armes trois pattes de lion.

Extrait de " Histoire de Touraine, depuis la conquête des Gaules par les Romains,..." Par Jean Louis Chalmel. Edition 1841.

 "Vers l'an 1187 ou 1188." Le roi Philippe-Auguste arma aussitôt pour la défense du comte (Raymond, comte de Toulouse), et prit en chemin plusieurs châteaux du Berri appartenant à Richard, et de là entra en Touraine, se rendit maître de Busançais, et mit le siège devant Montrichard, qui fut enlevé d'assaut. Il y eut quarante-deux chevaliers et trois cents soldats faits prisonniers. Le château fut presque ruiné: " car,  dit la chronique de Tours, rien ne pouvait résister au roi. Il avait parmi ses troupes des gens qui fouissaient la terre comme des taupes, pénétrant jusqu'aux fondements des murs, qu'ils renversaient avec de grands instruments de fer." Rigord, moine de Saint Denis, dit que le roi brûla la ville, et qu'ensuite il prit Palluau et Montrésor. Guillaume de Nangis rapporte que la sécheresse fut si grande cette année, que les puits, les fontaines et les rivières tarirent en beaucoup de lieux, et que plusieurs villes furent brûlées, entre autres la capitale de la Touraine...

1360: La paix fut signée à Brétigny, village situé près de Chartres, le 8 mai 1360, entre le dauphin Charles et Edouard, prince de Galle, et ratifiée ensuite par les deux rois. Il fut arrêté que les rois d'Angleterre renoncerainet pour toujours à leurs prétentions sur la Normandie, l'Anjou, la Touraine et le Maine, rt que el roi d'Angleterre, au jour de la chandeleur, évacuerait à ses frais toutes les places occupées par lui ou par ses sujets dans les provinces du royaume, entre autres en Touraine les forteresses de Busançais, de l'Ile-Bouchard, de la Roche-Posay, de Langeais et de Palluau....

Mai 1485, Rouen: Création de trois foires et d'un marché hebdomadaire à Palluau, à la requête sz Jean de Tranchelion, écuyer du lieu.

Extrait de " Les manuscrits à peintures en France du VIIème au XIIème siècle." Par Jean Porcher. Edition 1954.

 371: Christ (détail). Palluau( Indre), ancienne église Saint Laurent. Premiière moitié du XIIème siècle (21.342). Grandeur originale. (relevé A. Regnault, 1951 (Deschamps-Thibout, p.104)).

 372: Vierge de majesté avec l'enfant (détail). Palluau (Indre), ancienne église Saint Laurent. Première moitié du XIIème siècle (21.341). Grandeur originale. (idem précédent).

Extrait de " Notice sur M. Just Veillat, lue dans la séance du 6 juin 1866,...Pae Victor Albans Fouconneau-Dufresne. Edition 1866.

   En 1855, M. Veillat nous avait adressé un travail historique très-important, ayant pour le titre: Une cause célébre du département de l'Indre; dépouillement des pièces relatives à la Vendée de Palluau. Au commencement de l'année 1796, un mouvement insurrectionnel, se rattachant à un plan général conçu par le prince de Condé, se manifesta autour de la petite ville de Palluau. Des nobles étaient rentrés dans leurs terres pour le préparer; leur chef était un prétendu général Fauconnet, amené par eux. Après une marche sur Ecueillé, la bande royaliste revint à Palluau, et, au nombre de six cents hommes environ, se dirigea sur Buzançais. Mais, au passage d'un petit pont, elle fut surprise par le feu d'un peloton d'infanterie embusqué dans les vignes, chargée par des gendarmes, et mise rapidement dans une complète déroute. Un certain nombre de chefs furent arrêtés et jugés à Châteauroux. Ce sont les pièces de ce procès, recueillis dans les archives du greffe et de la préfecture, dont M. Veillat donne une analyse. L'année suivante, il publia son roman de la Vendée de Palluau, sorte de drame, dans lequel il mit en scéne, avec une grande habileté, tout les personnages qui avaient figuré dans les pièces nombreuses du Procés.

Extrait de " Jean Marie Heurtault de Lamerville: un gentilhomme cultivateur en Berry..." Edition 2003.

 Toujours est-il que les mesures radicales initiées par le citoyen Laplanche- levée en masse et persécution  du clergé réfractaire- vont conduire, dans les campagnes berrichonnes, à des troubles sérieux traduisant l'exaspération des paysans qui ont subi pendant quatre ans le dur régime du Salut-Public. Des agents royalistes tentent d'exploiter cette situation. A l'ouest, dans le Bas-Berry, la petite Vendée de Palluau provoque, lors de la journée des sabots(20 ventôse an IV - mardi 15 mars 1796) le massacre d'une soixantaine de "scélérats" à la montée rouge, près de Buzançais. Quelques prisonniers, dont le marquis de Sorbiers, sont fusillés....

La Vendée de Palluau: palluau.pdf palluau.pdf

une autre: chouans-pallauau.pdf chouans-pallauau.pdf

plusieurs versions de cette révolte: l'une se termine près de Buzançais, près d'un pont, l'autre se passe au pied de Palluau, au bord de l'Indre ...laquelle des deux est reèlle, où sont-elles toute les deux vrais mais pas à la même période...A VOIR

Pélerinage : pelerinage-palluau.pdf pelerinage-palluau.pdf

Extrait de" Lectures sur l'histoire du Berry". Par Jean-Baptiste Perchaud. Edition 1905.

  ...Pendant qu'oublieux de son royaume, Jean menait à Londres une vie de plaisirs, l'anarchie et le désordre étaient extrèmes en Berry, Les anglais possédaient, entre autres localités, Vierzon, Aubigny, Palluau, Buzançais, Chabris, Briantes, Saint-Amand. Ils vivaient sur les campagnes environnantes et se livraient à d'incessantes déprédations. Ceux qui étaient chargés de les combattre n'employaient eux-mêmes pas d'autres moyen pour subsister. Tout le monde pillait: les anglais, les seigneurs, les armées du roi. Le sire de Sarzay, Guillaume de Barbançois, lève quelques vingtaines de lances soi-disant pour combattre les anglais qui étaient maître dde Briantes et de Lys-Saint-Georges. Mais il en profite pour entrer dans la Châtre et faire main basse sur tout ce qui s'y trouvait. Dans cette extrême détresse, il ne fallait guère compter sur un secours du dehors. En plusieurs points du Berry, les habitants, nobles, bourgeois, paysans, se réunissent pour résister aux envahisseurs par leurs propres moyens...

 Aussi: la-vendee-de-palluau.pdf la-vendee-de-palluau.pdf

Extrait de " France militaire: histoire des armées françaises de terre et de mer..." Par la Société de militaires et de gens de lettres. Edition 1838.

 Combats de Palluau: Dans le même temps, Dupin avait réuni à Palluau, aux environs de Châteauroux, 4000 paysans; ces insurgés étaient, pour la plupart, mal armés: néanmoins, habilement postés par leur chef, officier expérimenté, ils soutinrent le choc des républicains, qui, deux fois, revinrent à la charge, et deux fois furent vigoureusement repoussés; à la troisième attaque, un effort vigoureux obligea les royalistes à lâcher pied. Dupin les rallia pourtant un peu en arrière de Palluau; mais, poursuivi par les républicains, il fut acculé sur les bords de l'Indre. Là, attaqués avec vigueur, ayant à dos une rivière qu'ils ne pouvaient franchir, les insurgés combattirent avec le courage du desespoir ; un grand nombre d'entre eux se firent tuer; d'autres se noyèrent dans l'Indre en cherchant à traverser la rivière à la nage; quelque-uns plus heureux se sauvèrent par des sentiers qui longeaient ses bords; le reste, au nombre de 500, parmi lesquels se trouvait le chef de l'insurrection, furent faits prisonniers. Leur nombre les sauva ; les vainqueurs les laissèrent s'échapper et ne retinrent que les officiers, qui furent conduits à Châteauroux.

 

 

Extrait de " Légendes et curiosités des métiers..." Par Paul Sébillot. Edition 1894-1895.

LE BOUCHER:   ...La promenade d'un boeuf gras, pendant les jours qui précèdent le carême, n'a pris fin à Paris qu'à la chute du second empire; autrefois, elle avait lieu sur plusieurs points de l'ancienne France. Le seigneur de Palluau (Indre) avait le droit, au XVIIIè siècle, de faire choisir un boeuf parmi  ceux que les bouchers de la ville étaient tenus de tuer devant carême prenant. Ce boeuf était appelé boeuf viellé....

 

Extrait de " Guide illustré du musée des arts décoratifs." Palais du Louvre. Edition 1926.

  Stalle de choeur à trois places en bois sculpté provenant de l'église de Palluau (Indre), première moitié du XVIè siècle.

 

Extrait de " Glossaire du Centre de la France." Par Hippolyte-François Jaubert. Edition 1856-1858.

 Bassie: Tablette ou pierre d'un évier de cuisine; égout qui porte au dehors les eaux sales d'une maison.... La limite entre la paroisse de Palluau et celle de Villebernin (aujourd'hui supprimée) passait par el trou de la bassie d'une maison de la famille Pocquet...

....Biaude: Blouse, vêtement, dans la contrée du Boischaut, la biaude était une sorte de grande redingote, ordinairement de toile écrue, à grandes boutonnières et à grands boutons souvent de métal, qui se mettait les jours de fête par dessus la veste... Un des acteurs de l'insurrection des paysans des environs de Palluau, en 1795, n'était connu que sous le nom de la grand'biaude...

... Créve-bouchure: Etait le sobriquet d'un des héros de la Vendée de Palluau (insurrection royaliste de 1795, qui se termina par la bataille de Buzançais). On prononce Creuve-bouchure.

Extrait de " Généalogie de la maison de Vélard." Par Ernest de Cornulier-Lucinière. Edition 1868.

  René-François de Montbel, chevalier, seigneur de Champéron, de Laugére-St-Marc, de Poirier, Wilgour, etc...Né à Moulins, en Bourbonnais, le 13 novembre 1716, reçu page du Roi en sa petite écurie, le 13 novembre 1730, capitaine au régiment de Noailles,... Obtint par lettres patentes du mois d'avril 1770, enregistrées au présidial de Châtillon-sur-Indre, le 7 juin suivant, au parlement de Paris, le 26 juillet et à la chambre des comptes, le 22 août 1770, l'erection de la terre et seigneurie de Palluau, en Berry, en titre de Comté, sous le nom de Montbel, tant pour lui que pour ses enfants et descendants, mâles et femelles, en légitime mariage, seigneurs et propriétaires dudit comté de Montbel.

   Aline-Casimire-Eugénie de Montbel, née à Paris le 15 septembre 1818; comtesse de Montbel à la mort de son père, aux termes des lettres patentes de 1770, comme ayant eu en partage la terre de Palluau, comté de Montbel; mariéz le 23 avril 1838 à Georges-Camille, vicomte de Vélard,...

    Palluau, sur le bord de l'Indre, entre Châtillon et Buzançais, est une ancienne baronnie. En 1188, Philippe Auguste emporta d'assaut le château de Palluau sur les anglais qui l'occupaient, et Roger de Palluau accompagna ce prince en qualité de banneret dans toutes ses guerres, Guy de Palluau, chevalier, se croisa en 1238. En 1303, Geoffroy Payen, seigneur de Palluau et de Montpipeau, constitua au sacristain de St-Genou une rente de dix septiers de froment et de vingt septiers de mouture en échange de l'abandon du moulin du pont. Le 12 novembre 1365, Hugues de Tranchelyon rendit aveu au Roi pour cause de sa seigneurie de Palluau, au nom de Jeanne Payen, sa femme. Du 8 juillet 1370, mandement au lieutenant de Châtillon pour faire exécuter les lettres royaux obtenues le 12 octobre 1369 par Hugues de Tranchelyon, seigneur de Palluau, touchant la démolition des fortifications que Geoffroy de Palluau avait fait faire à la Motte-Palluau. Des 26 janvier 1371 et 21 janvier 1384, lettres qui déclarent Hugues de Tranchelyon et ses sujets exempts du guet à Châtillon-sur-Indre. La seigneurie de Palluau resta dans la maison de Tranchelyon jusqu'en 1536, époque à laquelle elle appartenait à Charlotte de Tranchelyon, femme de Claude de Beauvilliers. Par sentence de Châtillon-sur-Indre, rendue le 2 décembre 1537, Claude Brachet fut reconnu pour le principal héritier de Charlotte de Tranchelyon. La barronie de Palluau fut saisie sur Claude Brachet et adjugée, le 25 février 1606, moyennant 84000 livres, à Antoine de Buade, seigneur de Frontenac. Louis de Buade Frontenac, comte de Palluau, fait hommage au roi le 6 octobre 1634, et était gouverneur du Canada en 1677.  Paul de Beauvilliers, duc de St-Aignan, acquit le comté de Palluau par acte du 30 avril 1698. Après lui, ce comté passa à sa veuve, Henriette-Louise Colbert, comtesse de Buzançais. En 1735, le comté du Palluau appartenait à Louis-François- Augustin de Rochechouart, duc de Mortemart, qui mourut mineur. Un arrêt du 1er septembre 1763 régla le partage de sa succession entre les deux lignes, et Palluau fut adjugé, le 18 août 1766, moyennant 203500 livres, à René-François, comte de Montbel, qui fit hommage au Roi, sous son domaine de Tours, le 6 septembre 1776; hommage qui fut renouvelè le 14 avril 1782 par Jules-Gilbert, comte de Montbel.

 

Extrait de " Généalogie de la maison de Sorbiers." Par Joseph de la Tourrasse.

 Pierre Alexandre de Sorbiers, chevalier, seigneur de la Rebure, de la Marchaudière, de Maubois, de Montbasson, de Saulnay, né le 3 février 1747, fut convoqué aux étatsde la noblesse, en 1789, à Tours. Royaliste ardent et intrépide , il se mit à la tête du mouvement de la chouannerie de Palluau en Berry, en 1796. Ayant été pris les armes à la main  et condamné à la peine de mort, il fut exécuté sur le champ de foire de Buzançais et mourut héroiquement. Il avait refusait qu'on lui bandât les yeux et voulut commander lui-même son exécution...On trouve les détails de cette inssurection du Berry, appelée la Vendée de Palluau aux archives du département de l'Indre. René Alexandre de Sorbiers, le comte du Boisdray, le curé Floret, le général Fauconnet étaient les chefs de cette chouannerie. l'insurrection fut réprimée dans le sang. le 25 ventôse an IV, les royalistes chargés par lessoldats du général Desenfants laissèrent soixante morts sur le champ de bataille et de Sorbiers pris les armes à la main fut fusillé sur le champ.

Personnages: Archambaud (III) d'Argy épouse en 1160 Agathe, dame de Palluau...

                     Mémoires de Michel de Marolles: Isabeau de Menou, qui fut apanagée de la terre & seigneurie de Seneuieres, en l'en 1401. & la porta à Guillaume de Tranchelyon chevalier seigneur de Marteau, puis de Palluau, qu'elle épousa, & dont elle eut Jean de Tranchelyon seigneur de Palluau, & jeannet de Tranchelyon seigneur de Seneuieres....

                     Geoffroy de Palluau, seigneur de Montrésor. Geoffroy, seigneur de Buzançais, étant sur le point de partir pour la croisade, en 1210, confirma une donation faite aux religieux de Baugerais par Geoffroy de Palluau, seigneur de Montrésor.

                    Jouffroy de Palluau, seigneur de Montrésor et de Luçay: En 1280, Jouffroy donna Le Belloy (1280, puis Le Boulay, 1371) à l'abbaye de Villeloin.

                    Paul de Beauvilliers, fils de François, duc de Saint Aignan, pair de France, grand d'Espagne, comte de Montrésor, de Chaumont et de Palluau, chevalier des ordres du roi, ministre d'état, gouverneur du duc de Bourgogne, du duc d'Anjou et du duc de Berry, fut pourvu des gouvernements  des villes et châteaux de Lôches et de Beaulieu, après la mort de son père (20 juin 1687) Il mourut le 31 août 1714.

                   De Menou, chev., marquis de Menou, barons de Pontchâteau et de Courgain, sgrs de Boussay,....,...., etc, de Palluau.

                   De Montbel, chev., comtes de Montbel, sgrs de Palluau, .... Cette famille est originaire de Savoie. Elle paraît avoir pour auteur Philippe, seigneur de Montbel, qui fit partie de la première croisade, en 1090, et dont les armoiries figurent à ce titre dans lasalle des croisés, à Versailles. Elle s'est établie en France vers l'an 1500, en la personne de François de Montbel.... Par lettres patentes d'avril 1770, la terre de Palluau, en Touraine, fut érigée en comté, sous le nom de Montbel, pour Renè-François de Montbel, chev., sgrs de Langère, Poiriers, sous-gouverneur des enfants de France, chevalier de St- Louis et Maréchal des camps et armées du roi. 

                  Le dernier représentant du nom, Louis-Joseph, comte de Montbel, propriétaire des châteaux de Poirier et de Palluau en Berry et du Port-Joulain en Anjou, est mort en 1860. Il avait eu un fils décédé avant lui, dont la fille unique a épousé le comte Arthur de Larochefoucault d'Estissac, et trois fille; la seconde ne s'est jamais mariée; l'ainée à épousé le marquis de Courcy; la troisième, le Vicomte de Vélard, résidant tous deux dans le Loiret.

                   Jean de Payen, Sgr de Boussay et de Palluau (1318): bandé d'or et d'azur de six pièces.

                   Henri de Buade, comte de Palluau et de Frontenac, tenu sur les fonts, le 23 juin 1606, par le connétable Montmorency et par Mlle de Vendôme, fut mestre de camp du régiment de Navarre de 1621 à 1622... Comte de Palluau de Frontenac, colonel du régiment de Navarre, tué au siège de Saint-Antonin en 1622.

                   Louis de Buade-Palluau, comte de Frontenac, chevalier de Saint-Louis, colonel du régiment de Normandie, maréchal de camp, gouverneur et lieutenant-général en Cananda, reçut plusieurs blessures au siège d'Orbitello, en 1646, et mourut à Québec, le 28 novembre 1698.

                   Péan-Palluau ou Payen-Palluau (de), en Touraine (XVIIè siècle): D'azur, à trois fasces d'or; au chef de sable chargé d'une croix potencée d'or.

                   Tranchelion (de), chev., barons de Sennevières, sgrs des Roches-Tranchelion, de Palluau et de Voutes (du XIVè AU XVIè siècle)

                   Charles de Tranchelion, seigneur de Palluau, mort en 1514...

                   Wissel. Languedoc, Berry: De gueules, au vol d'or. Ernest de Wissel, unique représentant du nom, réside à Palluau, département de l'Indre. (château de Paray ?)

                   Jacquet, François-Alexandre, né le 12 février 1834, à Palluau (Indre), bataillon de chasseurs de la garde. Coup de feu à la région lombaire, Solférino. Claudication et gêne des mouvements de l'articulation coxo-fémorale gauche. La balle a pénétré dans l'hypochondre gauche et n'a pas pu être extraite. 11 juillet 1860. (Statistique médico-chirurgicale de la campagne d'Italie en 1859 et 1860. Par Jean Charles Chenu. Edition 1869.)

                   Pineault, Julien, né le 27 octobre 1829, à Palluau (Indre). Soldat au 82ème de ligne. La main gauche fracturée par un biscaïen  , le 16 août 1855. entré le 23 août à l'hôpital de l'université. Evacué le 24 septembre. Ankylose de l'index, perte des mouvements du médius; atrophie de la main et gêne des mouvements des autres doigts . 2 octobre 1855.

                  

 

 

une recherche à faire

 Bonjour,
Pourriez vous m'indiquer s'il existe des ouvrages sur la famille Chollé, seigneur de la Joubardière à Palluau sur Indre ?
Je m'intéresse à la période 1650-1750.
Cordialement
Michel Réau

Vous devez être connecté pour poster un commentaire