Issoudun

on a d'abord vu la Basilique Notre Dame du Sacré Coeur. ce fut une découverte car elle n'est pas si vieille: Elle fut construite par le père Jules Chevalier en l'honneur du Sacré Coeur et de Notre Dame grâce à la générosité des pélerins.. Pose de la première pierre; le 26 juin 1859, consécration de l'église: le 2 juillet 1864. Le 17 juillet 1874, l'église est érigée en Basilique mineure par le pape Pie IX sous le titre de Basilique de Notre Dame du Sacré Coeur. Les peintures intérieures ont été réalisées en 1968 (grande nef) et 1969 (chapelle). Le grand chemin de croix date de la fin du 19ème siècle.

                          

                                   

                  

                     

                                            

                               

                

                 nous nous dirigeons vers le parc où devait se faire des messes à l'extérieur.

                               parc

                     

                                          

                   

                                                   

     nous allons vers le cloitre maintenant.

                            cloitre

                                            

                         

entrons voir la crypte.

                       crypte

                                         

nous allons vers l'intérieur de la Basilique. On est frappé par le nombre considérable d'ex voto qui en tapisse l'intérieur.

                                   

                                        

un chemin de croix de toute beauté...dommage que ce soit si sombre.

                                chemin de croix

                                   

                          

                                      

               

                                           dsc06918.jpg

            dsc06909.jpg dsc06914.jpg dsc06926.jpg dsc06922.jpg

quelques mots sur cette Basilique:

Les vitraux: Tous les vitaux de la chapelle Notre Dame du Sacré Coeur sont d'origine du père Chevalier. Les vitraux du haut de la Basilique datent des année 1950 (atelier Dettviller-Issoudun). Les 16 vitraux des bas-côtés de la nef datent de 1968 (Atelier Dettviller et Tillier). Leur technique, qui utilise la dalle de verre sur champ et l'acier inoxydable est unique au monde. 

derrière le maître autel se trouve une petite chapelle dans laquelle brille une multitude de lumière rouge: Ces lampes comme des cierges symbolisent la prière de ceux qui le demandent. Leur grand nombre est aussi un des signes de la fraternité Notre-Damedu Sacré-Coeur, dans laquelle "chacun prie aux intentions de tous". 

Une autre église nous attend: il s'agit de Saint Cyr. Elle est en cours de restauration.

                         saint Cyr

                                    

                                      

                                

       Par un temps plus sombre...Une autre lumière.

              dsc06948-1.jpg dsc06949.jpg dsc06950.jpg dsc06953.jpgdsc06952.jpg

 

 

 

entre deux

mariages,

nous arrivons 

à prendre

quelques

photos

de 

l'intérieur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                              dsc06951.jpg                     dsc06954.jpg                    

la collégiale saint Cyr: son origine remonte à Charlemagne. plusieurs fois détruite, la partie la plus ancienne date du XVème siècle. cette partie se situe entre la chaire et le chevet. L'autre partie fut ajoutée à la fin du XIXème siècle par le révérend père Jules Chevalier. Son intention était d'édifier deux clochers pour terminer la façade...il n'a pu achever son oeuvre. C'est Monseigneur Armand Chevalier qui, en 1934, édifia le clocher actuel. proportion intérieur: 70 mètres de long, 18 mètres de large et 18 mètres de haut. La nudité de la grande nef peut donner à certains une impression de froideur. Elle est l'image de la prière simple et dépouillée. la verrière en cours de restauration lors de notre visite relate la vie de saint Cyr. Elle mesure 15 mètres de haut sur 6 mètres de large. Elle comprend 30 compartiments. ses coloris sont remarquables. Elle date du XVème siècle. Sur l'autel  les chandeliers et le tabernacle en bois sculpté et doré ont été offerts par Louis XIV. La "Descente de croix" tableau au dessus de la porte d'entrée est l'oeuvre de Jean Boucher. La statue de la Vierge dans la chapelle de N.D du Rosaire a été sauvée de la destruction du couvent des minimes de 1690. C'est dans cette église où il était vicaire que l'abbé Jules Chevalier eut l'inspiration de fonder la congrégation des missionnaires du Sacré Coeur et des filles de N.D du Sacré Coeur.

 

                     bénitier

                                

                                              

                         

                                   

                         

   vitraux après restauration

                  dsc06944.jpg       dsc06945-1.jpg

                    dsc06946.jpg                         dsc06947.jpg    

                                  

                    

                                                                 

 

               Allons vers le beffroi qui a aussi servi de prison.

                                  

                      

                  

                                     

C'est un monument historique, à la fois tour de guet, porte fortifiée et aussi prison. Dans l'enceinte du XIIème siècle, le beffroi était la porte qui reliait la quartier du château-autour d la Tour blanche et de l'abbaye Notre Dame- aux quartiers de la Cité. Cette porte dans l'enceinte du château a été transformée à la fin du XVIème siècle, quand elle a été désarmée. Son élévation est moins perceptible aujourd'hui, depuis que le fossé qui protégé le château a été comblé. Le bâtiment que vous pouvez voir aujourd'hui est un monument à deux tours coiffées avec une terrasse au premier étage et des fenêtres avec une treille de bois pour surveiller. La décoration renaissance du beffroi est surtout remarquable du côté de la place du 10 juin. Dans le cintre de la porte, les blocs de pierre de taille sont sculptés avec un décor d'écume. Le linteau de la fenêtre est soutenu par deux  modillons travaillés comme des têtes. A gauche de cette même fenêtre, une inscription porte la date de 1583 et le nom d'Antoine Dorsanne, lieutenant au baillage d'Issoudun qui a suivi les travaux.Les salles intérieures du beffroi sont devenues prison et ont été occupées jusqu'à la fin de la guerre de 1914-1918 par des prisonniers. La cloche du beffroi, qui sonne chaque heure deux fois, a été installée en 1511 et a pour nom la Bonne-Aventure.

           Allons voir le donjon et ce qui l'entoure.

                          

                      

               

                                

                    

                                           

                            

              

                                   

Allons faire un tour dans la ville...beaucoup de magasins à l'abandon. La crise est passée par ici.

                          

                      

                                 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

c'est sur 

cette 

porte

que nous

décidons 

de 

partir...

 

 

 

quelques photos du centre sportif qui en vaut la peine et qui nous rappelle quelques souvenirs.

                             

                                         

                  

                                             

ce sera tout pour le moment.

le site du Lion: Issoudun

Sous-pages :

Vous devez être connecté pour poster un commentaire