Histoire

un site sur l'abbaye de Grandmont qui se situe à proximité de Genouilly:

GRANDMONT

   

    

une source acidulée et gazeuse est située à Grandmont. Les eaux de Grammont, paroisse de Genouilly, à deux lieux et demy de celle-ci, détruisent les obstructions, nétoyent les voies urinaires, et charient les matières qui y sont. L'analyse faite par M. Péneau, pharmacien à Bourges, a constaté que cette eau contenait de carbonate de fer en dissolution, avec excés d'acide carbonique qui la rend légérement acidulée et gazeuse. Elle puise ses principes dans les sables ferrugineux de l'étage albien ou barrêmien de crétacé inférieur.

A Genouilly, on remarque, avec des traces d'exploitation ancienne de fer, un assez vaste cimetière mérovingien peut-être..  deux stéles gauloises dont les inscriptions ont été magistralement relevées par M. de Laugardière.

Eglise : vitraux du XVème siècle, cénothaphe de Louis de la Châtres.

Mouhée: mesure qui servait à l'évaluation du bois: la dénomination de Mouée a été attribuée à plusieurs lieux-dits du Berry: la Mouée, locature de la commune de Genouilly, où il existait "un terrouer de la mouée " en 1547.

 

Extrait de " Mémoires de la société archéologique de l'Orléanais..." Edition 1851-1950

Le tombeau du fils de la Châtre se trouve encore aujourd'hui dans l'église de Génouilly, située à deux kilomètres de la Maisonfort.

Extrait de " Mémoires de la société des antiquaires du Centre."Edition 1868-1945.

1899: ...9 juin 1377: A Anthoine le messager, envoyé de Nyort à Genouilly, mener 13 chiens courans que Mgr de Bourgoingne avoit envoyez à Mgr..

M. Gauchery vous a rapporté qu'à Genouilly (Cher), sur l'éminence connue dans le pays sous le nom de mouton ou moton, où on a reconnu une petite enceinte rectangulaire en terre entourée de fossés, il a recueilli, en dedans et en dehors du retranchement, une grande quantité d'éclats de silex taillés en pointes de fléches. Il a ramassé sur la place des nucleus d'où il lui semble qu'ont été tirés ces éclats et il en conclut que les fléches ont été armées au moment où on en fit usage. Il en tire, en tout cas, cette conclusion que le moton de Genouilly était déjà une fortification aux temps préhistoriques. 

1905:...Claude de la Châtre était né en 1536, au château de Maisonfort, dans la paroisse de Genouilly, du mariage de Claude de la Châtre, 2ème du nom, et d'Anne de Robertet...

1914-1916:...Etude de deux stéles funéraires...trouvées dans la petites enceinte fortifiée de Genouilly, près Graçay; la plus importante porte gravées trois épitaphes funéraires superposées par ordre de date, modéle de sépulture de famille celtique paraissant unique jusqu'ici. Deux de ces épitaphes sont gauloises et écrites grossiérement en caractères latin, la troisième est en langue et caractères grecs...L'auteru établit ainsi que les épitaphes se réfèrent à des noms appartenant à trois noms nouveaux dans l'onomastique gauloise.

1931-1933:... Si les restes de Gabriel de la Châtre furent transportés à Bourges suivant le désir du maréchal, son petit fils, en avait exprimé, ce ne fut pas avant 1611. Jusque là, aurait-il reposé dans l'église de Genouilly, paroisse de la Maisonfort, en la chapelle des la Châtre que MM. Gauchery attribuent à Jeanne Sanglier, 3ème femme et veuve du dit Gabriel ?...Rien ne viendrait s'opposer, non plus, à ce que l'important enjeu de la chapelle seigneuriale des la Châtre, à Genouilly, enjeu daont MM. Gauchery ont donné la description, ait abrité, conformément à leur hypothèse et à celle de M. de Toulgoët, le coeur de Gabriel de la Châtre..."

 

Extrait de " Bulletin de la société préhistorique de France." Edition 1904-1963.

 M. le Colonel Dervieu a remarqué le bon état de conservation d'une motte, récemment mise à découvert sur une colline par l'incendie du bois qui la protégeait, au lieu dit "la Mothe"(où Motou), à 1500mètres du débouché N-O  du village de Genouilly. Au lieu d'être de tronc conique, elle est de la forme, plutôt rare, d'un tronc de pyramide à base carré, ce qui lui a valu, sans doute, d'être inscrite comme "Acienne redoute", et très bien figurée sur la carte d'état major...La motte de Genouilly a 30 mètres de côtés, des fossées de 3 mètres de large, et une plateforme, haute encore de 4mètres cinquante, ombiliquée d'une dépression centrale en forme d'entonnoir.

   

   

le lieu dont on parle plus haut. du sable au pieds et une douce odeur de pinéde nous dépayse. plus beaucoup de trace, mais un monticule qui n'a rien de naturel et qui domine la région...rien de plus à dire sur ce lieu.

Extrait de " Géographie, historique et biographique d'Indre et Loire..." Par Carré de Busserolle, Jacques Xavier. Edition 1878-1884.

"Louis le Vaillant, écuyer, seigneur d'Orfonds (paroisse de Cleré-du-bois) et de Chaudenay, capitaine dans les troupes vénitiennes, épousa à Genouilly en Berry, le 29 mai 1684, Antoinette de Thalamont, veuve de Charles de Beaurepaire, écuyer, seigneur du chêne, et fille de Nicolas de Thalamont, seigneur du Chézeau, et de Réne de Seneville. De ce mariage naquit Françoise le Vaillant, née à Genouilly, le 31janvier 1690, mariée à Thoiselay, le 11 novembre 1719, avec Philippe de Beauregard, écuyer, seigneur de Ménabre, et Marguerite, dame de Beauregard, mariée à Louis François Savaton. Louis le Vaillant épousa, en secondes noces, le 24 novembre 1695, Marguerite de Boislinards, dont il eut Charles, qui suit, et Marguerite, morte sans avoir été mariée..."

Extrait de "Guide national et catholique du voyageur en France." Fdition 1900-1901.

Eglise des XIIème et XVIème siécle, et pélerinage de Saint Silvain. Chapelle de l'ancien manoir ruiné de Salles. Au hameau de Grandmont: eaux minérales; restes du prieuré de Grandmont-Fontblanche, avec église et salle capitulaire. Butte féodale de Moton. Château de la Maisonfort du XVIème siècle, à belles cheminées. 

on l'appelait le petit saint Sylvain à Genouilly parce que ce n'était pas des réliques principales qu'avait ce village.

Extrait de  "Mémoires de la société Historique..." Edition 1868-1945.

  "15mai 1889: Revenant de Graçay à Thénioux, je fais un arrêt à Genouilly, où depuis longtemps je me proposais de visiter le monticule de grés, appelé le Mouton, où se voient les traces d'un antique fortin; j'y fais la découverte bien inattendue de l'arenaria montana en belles et abondantes touffes garnies de fleurs. Cette espèce est bien loin ici de ses stations normales de Brenne et de Sologne.

 à voir: Lélégante sculpture décore momentanément la façade sans caractère de la maison de Genouilly. on y lit: Salut; toi qui viens en ce lieu: A la douce gaîté que ton coeur s'abandonne, partout en liberté promène ici tes yeux; Mais la langue ou la main ne doit blesser personne. fais ce que tu viens faire; après quoi tu pourras chez toi, si tu le veux, ami, porter tes pas.( Mémoires de la société archéologique de l'Orléanais....Edition 1851-1950) Est-ce bien du même Genouilly dont il est question ici ?

 

 

Vous devez être connecté pour poster un commentaire